Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Comment verrouiller internet ?  

Internet et vos enfants : attention danger !

  On trouve de tout sur Internet !

 Savez-vous qu’un enfant qui taperait « zoo » ou « animal » sur son moteur de recherche favori risque fort d’accéder à une liste de sites zoophiles ?

En effet, l’Internet se moque bien des frontières et des lois ! De nombreuses sociétés sans scrupules l’ont compris puisque le business des sites « porno » représente l’essentiel du chiffre d’affaires des sites commerciaux aujourd’hui.

  En l’absence d’une police de l’Internet, et de la possibilité de faire respecter des lois précises le cas échéant, tout reste donc permis sur la toile.

En France, la gendarmerie et la police traquent les sites pédophiles, néonazis ou terroristes. Pour les autres catégories, aux parents de se débrouiller !

Or la dépénalisation de certaines déviances sexuelles a accru la « demande » dans ce domaine, et l’offre de sites « spécialisés » sur le réseau a fait un bond, les mafias des pays de l’Est ayant par exemple massivement investi dans cette nouvelle poule aux œufs d’or, tout comme certains groupes scandinaves ou néerlandais.

  C’est pourquoi il est aujourd’hui possible à un enfant, par le biais d’une recherche sur la base de mots-clés anodins, de tomber sur l’un de ces millions de sites pornographiques… qui n’hésitent pas pour attirer le client à afficher une sélection de leurs meilleures photographies dès la page d’accueil ! 4 % des visiteurs de site ont d'ailleurs moins de 14 ans et y passent en moyenne 26 minutes par mois !

 Les dispositifs de protection  :

*  Pour sécuriser les conversations des enfants dans les salons de discussions (chats) il faut utiliser le logiciel de contrôle parental LogProtect. Ce logiciel gratuit et très facilement téléchargeable sur le site (www.logprotect.fr) et est paramétré pour intercepter la frappe du clavier et reconnaître des données interdites (par exemple nom, adresse, téléphone de l'enfant, nom et adresse de son école ou collège etc..) sur une liste noire établie par les parents au moment de l'installation du logiciel.
Une fenêtre s'affiche à chaque alerte déclenchée par une tentative d'envoi de mots interdits pour rappeler à l'enfant le danger auquel il s'expose.


*  Il existe également plusieurs types de logiciels de contrôle parental, qui filtrent les sites indésirables, le plus souvent à partir de l'analyse de mots-clefs et de listes de sites autorisés (liste blanche ou "white list") ou à l'inverse interdits (liste noire ou "black list").


*  On peut également équiper le PC du jeune internaute de protection contre les virus et d'éventuels logiciels espions, ou de programmes d'enregistrement (sous forme d'historique) des sites consultés, ou de blocage des transactions bancaires sur des sites marchands.
Certains sites de messagerie instantanée proposent, eux aussi, par simple clic, l'option de conservation historique des conversations de l'enfant ou de l'adolescent.
Partenaire d'Action Innocence, le Projet Filtra réalise tous les six mois un banc d'essais des logiciels de filtrage dont il publie les résultats sur son site (
www.aig-filtra.org)
). Un autre comparatif, publié par "60 millions de consommateurs" est disponible gratuitement à l'adresse ( www.mineurs.fr/enquete.htm).
Comme parade à la cyberdépendance, un programme Filtra peut aussi bloquer automatiquement le temps de connexion de l'enfant à une heure butoir programmée par les parents.


*  Enfin, plusieurs membres de l'AFA offrent, comme alternative aux logiciels de filtrage, des espaces propriétaires sécurisés, dédiés aux jeunes enfants, qui restreignent la navigation à une liste exhaustive de sites préalablement validés par des spécialistes et dont le contenu est vérifié régulièrement.
L'AFA, fondée en septembre 1997 compte parmi ses membres les fournisseurs AOL France, MSN, Yahoo! France, UPC, InterPC, et Telecom Italia France.

www.afa-france.com

  La morale de cette histoire ? Rien ne remplace la vigilance des parents, tant que les autorités n’auront ni la volonté ni les moyens de s’attaquer aux dangers de l’Internet.

  Pour en savoir plus :

 « Surfer sous surveillance », Le Monde, 9 février 2000

« Les logiciels du commerce qui censurent les sites » Web magazine n°12, avril 2000  

le site de Stéphane Heller (auteur d'un mémoire "comment protéger les jeunes internautes ?" à l'Université de lausanne) : www.cova.ch/sheller

Accueil Remonter