Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Les succès de l'UFE

 

 

bullet

La formation professionnelle enfin ouverte aux femmes au foyer :

     une victoire historique de l’Union des Familles en Europe !

Voici plus de 30 ans que les femmes réclamaient en vain de pouvoir accéder à une formation professionnelle après s’être arrêtées de nombreuses années pour élever leurs enfants. La loi sur la formation professionnelle continue leur ouvre enfin ce droit, grâce à un amendement proposé par l’Union des Familles en Europe à Mme Bocandé, sénatrice,

 

79 % des femmes au foyer ont quitté leur emploi pour s’occuper de leurs enfants. Ce sont le plus souvent mères de famille nombreuses et c’est grâce à elles que nos régimes de retraite ne connaissent pas une situation encore trop catastrophique.

Cette tâche une fois effectuée, le plus souvent après 45 ans quand les enfants ont grandi, elles sont nombreuses à vouloir retravailler : les trois quarts des femmes qui se ont arrêté leur activité professionnelle pour élever un ou plusieurs enfants veulent la reprendre[1].

En effet, à la différence des hommes qui ont derrière eux une carrière professionnelle aboutie, la plupart des femmes ont besoin de compléter leur carrière, d’autant que la décote des retraites vient les pénaliser très durement.

Or, après 10 ou 15 ans d’interruption, la compétence professionnelle de ces femmes s’est fortement détériorée : quant elles veulent retrouver un emploi rémunéré, elles se voient davantage proposer des contrats aidés à temps partiel, faiblement rémunérés. Et elles sont plus nombreuses que les hommes à être chômeuses de longue durée.

Il était donc indispensable de prévoir le droit à la formation professionnelle pour ces femmes.

Or, elles étaient systématiquement oubliées au point même que le Président de la République s’en était ému il y a quatre ans : « Ni l'Etat ni les partenaires sociaux ne se sont vraiment préoccupés d'accompagner le parcours difficile des mères qui souhaitent reprendre un emploi après un temps plus ou moins long d'interruption. »

La loi sur la formation professionnelle continue, négociée par les syndicats et le patronat, était, une nouvelle fois, muette sur le sujet.

Pourquoi ce silence ? Parce que les syndicats ne s’occupent que des personnes qui ont déjà un lien avec l’entreprise, fût-ce par le chômage. Parce que les associations familiales traditionnelles sont majoritairement dirigées par des hommes, âgés de surcroît.

L’Union des Familles en Europe a, quant à elle, multiplié les interventions et préparé l’amendement suivant : « la formation professionnelle continue vise également à permettre le retour à l’emploi des personnes qui ont interrompu leur activité professionnelles pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs ascendants». Il a été repris intégralement par la sénatrice Mme Bocandé et vient d’être adopté définitivement par l’Assemblée Nationale.

 

Les succès des dirigeants de l'UFE

bullet

La ristourne progressive sur la CSG annulée car

    insuffisament familiale

Le Conseil Constitutionnel a annulé le 20 décembre 2000 la baisse de la CSG sur les bas salaires au motif qu'elle ne tenait pas compte des charges de famille. Un beau succès pour Dominique MARCILHACY et Jacques BICHOT qui avaient rédigé le recours constitutionnel à la demande des députés. Pour en savoir plus

bullet Les élues locale recouvrent leurs allocations

Depuis 1993, les élues locales au foyer étaient privées illégalement de l'Allocation Parentale d'Education. Dominique Marcilhacy et jacques BICHOT, après avoir vainement tenté des interventions amiables, ont fini par faire attaquer le texte devant le Conseil d'Etat. VICTOIRE ! Le texte a été annulé.

bullet Les intérimaires et assistantes maternelles aussi

Avec la loi sur le réduction du temps de travail, le gouvernement avait décidé de priver d'APE toutes les femmes qui ne pouvaient pas justifier d'un horaire "classique" (intérimaires, vacataires, assistantes maternelles ...) ... tout cela par simple circulaire ! Après avoir vainement demandé au Gouvernement de revoir sa copie, Dominique MARCILHACY et Jacques BICHOT ont fait déposer un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d'Etat qui lui a donné raison.

bullet

Défense des enfants handicapés mentaux 

Le Conseil Economique et Social a d’adopté à l’unanimité  un projet d’avis relatif au handicap et au cadre de vie. Dominique MARCILHACY, elle même maman d’une petite fille trisomique, a obtenu de cette Assemblée qu’elle enrichisse son texte des deux amendements suivants :

« Dans le contexte actuel de baisse du nombre des élèves et d’augmentation du budget de l’Education Nationale, il importe que soit donnée la toute première priorité à la résorption du nombre d’enfants (handicapés mentaux notamment) qui ne sont pas scolarisés faute de places dans des classe adaptées (CLIS, UPI, …). »

« A cet égard, tout en saluant l’effort mené depuis 2 ans, notre assemblée s’inquiète de la lenteur avec laquelle se mettent en place les « groupes départementaux handiscol » chargés de faire le recensement des besoins des familles département par département ».

 Il faut savoir qu'en France, 35 000 enfants handicapés mentaux n'ont pas de place à l'école...

bullet

RMIstes : un peu plus pour ceux qui élèvent des adolescents

Grâce à l'action de Dominique MARCILHACY et de Jacques BICHOT, le RMI est désormais cumulable avec les majorations pour âges des allocations familiales !

 

 
bullet

les bonifications des retraités de la CCIP sont rétablies

 

Suite à l'intervention de Dominique MARCILHACY et de jacques BICHOT, les majorations de ces retraités (réduite de 25 %! ) leur ont été rétablies. 

 

bullet

L'AGIRC condamnée à rembourser les retraités parents

    de famille nombreuse

En 1994, L'AGIRC (régime de retraite des cadres) avait diminué de 20 % les majorations familiales que touchent les retraités parents de famille nombreuse. Par l'action de Dominique MARCILHACY et de Jacques BICHOT, un retraité est allé jusqu'en cassation pour les défendre. La Cour de Cassation a annulé cette décision et condamné les caisse de retraite à rembourser 3 milliards aux personnes ayant liquidé leur retraite avant 1994.

En savoir +

Ces actions ont été menées personnellement par les personnes citées dans le cadre d'une association dont ils s'occupaient et dont l'éthique a changé

 

Accueil Remonter