Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Les jeunes

de 20 à 22 ans: 
bulletportaits : combien sont ils ? Que font-ils ? Où vivent-ils ?
bulletde quoi vivent-ils ? Combien dépensent leurs parents ?

                               ( sources INSEE, INED, OVE, CSERC )

Combien sont-ils ?

 

Il y a 1 515 000 jeunes entre 20 et 22 ans en France. 

 

Que font-ils ? des études pour plus de la moitié d’entre eux :

En 20 ans, la situation des jeunes de 20 à 22 ans a considérablement changé :

 

Etudiaient encore à 20 ans :

 en 1975

en 1985

en 1995

Garçons

1 sur 4

1 sur 3

2 sur 3

Filles

1 sur 3

1 sur 2

3 sur 4

 

Deux phénomènes expliquent cette évolution :

èl’allongement de la durée des études

En 1986, la moitié des jeunes avaient achevé leurs études à 19 ans. En 1996, à 21 ans ½.

èl’augmentation du chômage des jeunes par rapport aux années 70 :

 

Taux de chômage des jeunes de 20 à 24 ans :

 

1975

 

1999

garçons

5 %

19 %

Filles

8 %

26 %

 

Aussi ce n’est qu’à 23 ans ½ que la moitié des jeunes sont aujourd’hui pourvus d’un emploi (contre 21 ans en 1975). Et il doivent attendre jusqu'à 25 ans en moyenne pour que cet emploi soit stable (22 ans ½ en 1975).     

                                                              

Où vivent-ils ? Chez Papa - Maman

 

: Foyer, doux foyer...

75 % des jeunes de 20 ans vivent encore chez leurs parents.

A 21 ans, ils sont 65 %.

                                         A 22 ans, ils sont encore 56 %.

                                                                  

 De manière générale, les jeunes vivent davantage chez leurs parents que dans les années 85. Ce phénomène s’observe non seulement chez les jeunes actifs ou chômeurs mais aussi chez les étudiants. Il s’observe dans tous les milieux sociaux : alors que les enfants de cadres avaient tendance à partir plus tôt que les autres dans les années 85, ils se comportent aujourd’hui comme la moyenne.

Les jeunes dont les parents vivent en Ile de France (surtout en banlieue), partent plus tard du domicile familial que les provinciaux (particulièrement les enfants de cadres). (INED)

 

  55 % des jeunes vivent encore chez leurs parents, 20% sont en couple[1] et 25 % vivent seuls ou en collectivité.

               

* A 25 ans, ils sont encore 25 % à vivre chez leurs parents. 

 

Qu’ils vivent au domicile familial ou non, les jeunes sont très majoritairement logés par leurs parents :

 

Age

20 ans

21 ans

22 ans

vivent chez les parents

83 %

72 %

61 %

logés par la famille[2]

9 %

11 %

8 %

logés indépendamment

8 %

17 %

31 %

 

 

Pourquoi s’en vont ils ?

 

Causes de départ

du domicile parental :

 

garçons de

19-21 ans

filles de

19-21 ans

garçons de 22-24 ans

filles de

22-24 ans

pour leurs études

20 %

17 %

8 %

11 %

pour leur travail

20 %

14 %

21 %

17 %

pour vivre en couple

49 %

60 %

54 %

55 %

conflits, désir d’indépendance

17 %

7 %

17 %

17 %

 

La faiblesse des départs pour cause de conflit ou de désir d’indépendance prouve que, manifestement, les jeunes se plaisent chez leurs parents.

 

Lorsqu’ils ont quitté leurs parents pour poursuivre des études, 1 garçon sur 2 et 2 filles sur 3 retournent au domicile familial à l’issue des dites études.

 

De quoi vivent-ils ?

 : Non à l’emprunt :

3 % seulement des jeunes ont recours à l’emprunt pour financer des études ou pour autre chose.

 

: Un peu de travail :

 

Rares sont ceux qui ont un travail régulier :

Le travail salarié des étudiants

à 21 ans

à 22 ans

travaille à plein temps

2,1 %

2,8 %

travaille à mi-temps, au moins 6 mois / an

3 %

4,6 %

petits boulots occasionnels

35 %

35 %

travaille l’été

50 %

50 %

 

: Quelques allocations :

 

Les revenus sociaux des jeunes (cohabitants ou non) sont assez limités. Rappelons que le droit au RMI n’est pas ouvert avant 25 ans.

Age

20 ans

21 ans

22 ans

reçoit une bourse

13 %

11 %

11 %

touche l’allocation logement

4 %

7 %

14 %

            Lire : 13 % des jeunes de 20 ans sont boursiers.

 

: Merci, les parents !

 

Ceux qui vivent chez leurs parents sont entretenus par eux. Il en est largement de même des jeunes qui ont quitté le domicile parental :

 

Aide des parents

aux étudiants ayant quitté le domicile familial

prise en charge à 100 %

mensualités régulières

quelques dépenses [3]

aide en nature

  pas d’aide

Etudiants

33 %

24 %

14 %

10 %

19 %

Etudiantes

37 %

24 %

18 %

10 %

11 %

 

  

Combien coûtent-ils ? - Cher !

 

: Plus les enfants grandissent, plus ils coûtent cher :

 

 

 

: Le coût dépend du niveau de vie de la famille :

 


 

: En moyenne 4 000 F / mois pour un jeune qui ne vit pas chez ses parents :

 

Le revenu moyen des étudiants qui ne vivent pas chez leurs parents est faible : les 2/3 touchent, aide parentale comprise, moins de 4 000 F par mois (soit les 2 / 3 du SMIC qui est à 5 900 F net environ). Seuls, 22 % de ces jeunes touchent plus de 6 600 F.

 

: Ce qu’il faut pour vivre “ à l’aise ” : environ 6 000 F / mois

 

 

en Francs 98

en %

logement

         964 F

16%

transports

         949 F

16%

vacances

         349 F

6%

études

         445 F

7%

loisirs

         909 F

15%

équipement

         244 F

4%

alimentation

         668 F

11%

café, tabac

         346 F

6%

habillement

         392 F

6%

santé

         280 F

5%

divers

         491 F

8%

 

 

Les dépenses des étudiants dépendent largement du revenu des parents : un enfant de cadres dépense, en moyenne, près de 6 000 F / mois, alors qu’un enfant d’ouvrier se contente de
3 000 F. Les enfants de cadres représentent 30 % des étudiants.

 

 

 : Les dépenses des jeunes adultes ne sont pas les mêmes que celles des autres enfants :

 

Les dépenses que font les parents pour leurs enfants majeurs sont différentes de celles qu’ils effectuent pour des enfants plus petits : la part du logement diminue alors qu’augmente celle des transports, de l’enseignement et des soins personnels.

 

* Les dépenses de transport : Le transport représente une charge croissante puisque l’éloignement augmente avec le niveau d’études : si l’éloignement est de 4 km en moyenne pour un enfant en maternelle, il est de 110 km pour un jeune en grande école.

 

* les dépenses d’éducation des familles sont également importantes et variables selon le type d’études :

 

dépenses moyennes d’éducation sur toute la scolarité

3 452 F par an

dépenses en technique long

7 622 F par an

dépenses en université 1er cycle

7 395 F par an

dépenses en université 2ème cycle

5 946 F par an

dépenses en médecine, pharmacie, dentaire

9 805 F par an

dépenses en supérieur professionnel

12 822 F par an

dépenses en grande école

16 550 F par an

 

 

En quoi consistent les dépenses d’éducation à charge de la famille ?

 

supérieur 1° cycle

 

supérieur professionnel

 

grande école

inscriptions, scolarité

2 029 F

7 311 F

10 127 F

pension, demi pension

1 300 F

1 890 F

   2 173 F

Transport

 2 026 F

1 713 F

   2 173 F

fournitures, vêtements

    737 F

    909 F

        727 F

Livres

     888 F

     590 F

        677 F

 

 

: Les parents tirent le diable par la queue :

 

Parmi les familles, ce sont les parents de jeunes entre 18 et 25 ans qui déclarent le plus souvent avoir des difficultés à boucler leur budget. Un jeune coûte environ 35 % du revenu d’un couple sans enfant.

   

 

[1] Vivent en couple entre 20 et 24 ans : 19 % des jeunes (contre 31 % en 1982) dont 27 % des filles (42 % en 1982) et 11% des garçons (20 % en 1982).

A 24 ans, seuls 1,6 % des étudiants élèvent un enfant.

[2] Logement payé par la famille ou mis à sa disposition (y compris internat)

[3] Frais d’études, par exemple

Tous droits de reproduction strictement réservés à Dominique Marcilhacy

Accueil Remonter