Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Notre sécurité alimentaire est de mieux en mieux assurée

Les récentes crises sanitaires ne doivent pas nous faire oublier que notre alimentation est plus sûre aujourd'hui que jadis. Si les innovations suscitent des craintes, les progrès technologiques contribuent aussi à ce que notre alimentation tende vers le risque zéro.

 L’espérance de vie des français a gagné près d’un trimestre par an  depuis 25 ans."Comment cela serait-il possible, si notre nourriture était de plus en plus dangereuse ?" souligne le Professeur Apfelbaum, professeur de nutrition.

 Une alimentation plus variée  

 En fait, notre alimentation n'a jamais été aussi abondante, aussi variée et aussi sûre qu'aujourd'hui ! Pour preuve, les maladies liées à une mauvaise hygiène alimentaire ont fortement régressé au cours du XXe siècle. L'hépatite A par exemple, est devenue une maladie rare grâce au tout-à-l'égoût. Le botulisme, dû à la mauvaise stérilisation des conserves, a pratiquement disparu.

 Ces maladies provoquaient plusieurs milliers de morts par an au début du siècle ; aujourd'hui les accidents sanitaires causent quelques dizaines de morts, ceci malgré la multiplication des situations à risque : distance plus importante entre le fabricant et le consommateur, multiplication des étapes de fabrication d’un produit, complexité des aliments et gigantisme des réseaux de distribution.  

Moins d'infections

 Le nombre de listérioses a été divisé par trois en 10 ans (225 en 1997 contre 661 en 1987).

La fréquence des salmonelloses, première cause d’intoxication alimentaire en France, oscille chaque année entre 500 et 600 foyers d'infection mais ces chiffres masquent une légère diminution car la collecte des données est de mieux en mieux effectuée.

La situation peut bien sûr être améliorée. Comment y parvenir ?

 Des normes plus sévères

Harmonisation par le haut des normes sanitaires en Europe, développement des auto-contrôles, principe de précaution, réorganisation des contrôles sanitaires doivent y contribuer. Jean Thiaut, Président du FARRE (Forum d’Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’Environnement), relève que "les progrès en matière de sécurité alimentaire sont constants". Ainsi les produits phytosanitaires utilisés aujourd'hui sont 10 fois moins toxiques que les produits d’autrefois. Certains ont même été interdits. "D’une manière générale, lorsqu’on soupçonne un produit d’être toxique, on recherche la dose sans effet et on la divise par 100 ou plus pour autoriser son utilisation" commente Jean Thiaut.

Cela étant, il est difficile d’imaginer une société sans risques. Le risque zéro n'existe pas. "20 nouvelles maladies ont été découvertes ces  20 dernières années" souligne le  Dr Saldmann, cardiologue, spécialiste d'hygiène alimentaire.

Le consommateur lui-même, dernier maillon de la chaîne alimentaire, doit veiller à respecter les conditions d’utilisation et de conservation de ses denrées. Par son imprudence, il peut rendre toxique un produit acheté  sain.

Pour en savoir plus

Risques et peurs alimentaires  Marian Apfelbaum - Ed. Odile Jacob - 1998

Les nouveaux risques alimentaires - Frédéric Saldmann - Ed. J'ai lu – 1998

Accueil Remonter