Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

 Le travail au foyer est un vrai travail 

 

Ä La vie quotidienne d’un adulte requiert environ 20 heures par semaine de travail domestique. 

Il n’y a pas de raison que la Sécurité Sociale le rémunère car il bénéficie à ses auteurs.

 Ä Les travaux domestiques effectués au profit des enfants intéressent, en revanche, directement la Sécurité Sociale car ils participent à la préparation des retraites :  

 

Ä Où l’on chiffre la contribution des familles à la préparation des retraites

 

 

Famille TORTUE

Couple ayant élevé

 1 enfant

Madame a exercé un métier


 

Famille DALMATE

Couple ayant élevé

 5 enfants

Madame a été au foyer

 

Coût d’éducation des enfants assumé par le couple (net des prestations familiales)

 

142 000 €

+ 11 440 h de travail domestique

 

496 000 € (3fois ½ plus)

+ 40 000 h de travail domestique (3fois ½ plus)

Cotisations vieillesse payées par le ou les enfants du couple durant leur vie active

 

290 000 €

 

1 460 000 € (5 fois plus)

 

« La gratuité du travail ménager familial, son exclusion a priori du système économique moderne constituent une exploitation originale et pratiquement occulte »

(Sylviane AGACINSKI-JOSPIN) 

 

 

Famille TORTUE

Madame a exercé un métier

 

Famille DALMATE

Madame a été au foyer

Retraite totale du couple durant toute sa vie de retraité

545 600 €

 

412 600 €

(25 % de moins)

 

 

J

Si la théorie de l'évolution est vraie,  comment se fait-il que les mères de famille n'ont toujours que deux mains?

 (E. Dussault)

 

On peut rêver …

Que les hommes vont partager davantage les tâches ménagères et que, chacun étant pareillement pénalisé, la vie professionnelle des femmes ne s’en ressente pas.

Mais ce n’est pas pour demain : la participation des hommes  est passée de 32 % des travaux (bricolage et jardinage compris) à 35 % entre 1986 et 1999. L’égalité pour 2050 ?

 Depuis 1993, le travail domestique est incorporé aux comptes des Nations tenus par l’ONU. Il représente 8 000 milliards d’€ dans le monde soit environ 30 % du PIB des pays.

 

Qui s'occupe des personnes dépendantes ?

 

Selon le BIPE, Le nombre de « femmes inactives » de service ou disponibles pour le travail domestique non rémunéré a baissé de 2,4 millions en 30 ans, alors même que le nombre d’individus « dépendants » (les enfants de 0 à 15 et les vieux de 75+) progressait de 2,1 millions. Ce qui peut s’exprimer sous une autre forme : une femme « inactive » avait en charge 1,1 dépendant au milieu des années cinquante, et en a 2,5 en moyenne en 2003. Si, comme on s’y attend, la tendance à la hausse du travail féminin se poursuit dans un contexte de cohortes de jeunes moins nombreuses, le nombre de dépendants par femme « inactive » va bien évidemment encore augmenter. Qui assurera la relève ? Les services à la personne ou tout simplement personne ?

 

Les américains l'ont calculé ! Selon l'enquête 2007 de l'institut d'étude américain www.salary.com (enquête basée sur 40 000 femmes) si elle était payée, une mère au foyer gagnerait un salaire annuel de 138.095 dollars par an pour toutes les heures passées à réaliser des tâches relevant de fonctions aussi diverses que cuisinière ou psychologue.

Le salaire annuel que devrait gagner cette mère au foyer a augmenté en 2007 de 4.000 dollars soit 3% par rapport à 2006.

Les mères au foyer (dont le nombre d'enfants n'est pas été précisé) travaillent 92 heures par semaine : 40 heures légales + 52 heures supplémentaires, payées plus cher.

A leur foyer, les mères exercent dix métiers différents et très variés : femme de ménage, aide maternelle, cuisinière, technicienne de machine à laver, concierge, opératrice d'ordinateur, gérante dans un bâtiment, conductrice, pdg et psychologue.

Par comparaison aux Etats-Unis, un responsable marketing gagne en moyenne 89.200 dollars annuels et un représentant commercial 62.500 dollars, indique Salary.com.

 

 

Accueil Remonter