Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

 Salaire du parent au foyer : parlons finances

 

Combien coûterait le salaire du parent au foyer ?

 

510 € / mois dès le premier enfant jusqu’à ses 3 ans   .....................6,4 milliards d’€

 

510 € / mois à partir du premier enfant jusqu’à ses 10 ans  ...... .......….........…...13,8 milliards d’€

 

510 € / mois à partir de 2 enfants jusqu’au 10ième anniversaire du dernier .......…......11,6 milliards d’€

 

510 € / mois à partir de 3 enfants jusqu’au 10ième anniversaire du dernier ...........…...5 milliards d’€

 

510 € / mois à partir de 4 enfants jusqu’au 10ième anniversaire du dernier …………........... 2 milliards d’€

 

 

Et comment le financer ?

 

en cessant de dépouiller la Branche Famille !

 

Les charges indues de la branche famille :

 

Le manque à gagner

L’Assurance Vieillesse des Parents au Foyer

(la CNAF verse 3,9 milliards pour les mères au foyer mais la CNAVTS ne verse que 0,6 milliards à ce titre)

 

3,3 milliards d’€ / an [1]

L’Etat ne rembourse pas à la branche famille les charges de gestion des prestations qu’il lui a confié (notamment l’AAH et surtout le RMI) et ne paye pas de cotisations sur les primes de ses agents

2,5 milliards d’€ / an

La majoration de l’Allocation de Rentrée Scolaire, initialement à la charge de l’Etat, est financée par la branche famille depuis 2000

1,15 milliard d’€ / an

La branche famille ne touche plus depuis 2001 le prélèvement de 2 % sur les revenus du patrimoine et les revenus de placement

0,4 milliard d’€ / an

Depuis 2003, la branche famille prend en charge les 2/3 de la majoration de 10 % des retraites du régime général pour les assurés ayant élevé 3 enfants ou plus[2]

 

2 milliard d’€ / an

TOTAL on peut récupérer 9,3 milliard d’€ par an

 

  

Ce que demande l’UFE

 

1) La création d’un salaire du parent au foyer

 

Ä dans un premier temps pour les familles de 3 enfants et plus :

o       Par la suppression des conditions d’activité professionnelle exigées pour toucher la PAJE « libre choix » (cette conditions prive 550 000 femmes de l’allocation)

o       Par l’extension de la PAJE jusqu’au 10 ans du dernier enfant à charge (soit son entrée au collège)

 

Ä dans un second temps, dès le 1ier enfant

 

 

2) la fin des discriminations contre les femmes au foyer

 

Ä les droits à la retraite doivent être commun aux deux membres d’un couple comme c’est le cas en Allemagne

 

Ä les mères de famille nombreuse doivent avoir droit à une retraite équitable car ce sont elles qui élèvent les cotisants de demain

 

Ä des formations professionnelles doivent être offertes aux femmes qui ont « décroché » depuis longtemps et qui veulent reprendre une activité professionnelle.  Le principe en a été posé en 2004 dans la loi relative à la formation professionnelle, suite à un initiative de l’UFE mais aucun décret d’application n’a été pris. 

 

Äle droit au temps partiel pour les mères de famille nombreuse. Pour une mère de 3 enfants ou plus qui achève son congé parental d’éducation, c’est «  le tout ou rien ». Son employeur n’est pas tenu de lui proposer de temps partiel. Or, avec trois enfants dont un encore jeune, le temps complet s’avère souvent impossible ou épuisant. Beaucoup se résignent à démissionner. Le droit à un temps partiel permettrait à nombre d’entre elles de ne pas se couper brutalement du monde du travail tout en continuant à assumer leurs tâches familiales. Cette contrainte imposée à l’employeur au nom de l’intérêt général pourrait être compensée par une indemnité à charge de la branche famille ou de l’Etat.  

 

 

[1] Sources : comptes de la Sécurité Sociale 2004 – rapport Chadelat 1999

[2] Cette ponction avait été dénoncée fortement par la droite lorsqu’elle fut mise en place par la gauche. Arrivée au pouvoir, la droite … doubla le prélèvement ! Commentaire du rapport Sénatorial  sous le PLFSS pour 2003 : « De fait, lorsque l’Etat a goûté d’un prélèvement, il peine à réguler son appétit. »

 

Accueil Remonter