Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Natalité et immigration : qui croire ?

A qui devons nous les 2 enfants par femme annoncés par l'INSEE pour 2007 ?

Une spécificité française ? 

L'Europe des 12 connaît une mouvement général de hausse de la fécondité :

Certes, la fécondité s'est effondrée en Pologne depuis 1994, et dans d'autres pays d'Europe centrale ; en revanche, sur les 12 de l'Euroland, on passe de 1,36 en 1994 à 1,52 en 2005 (Eurostat). Ainsi, l’Allemagne remonte de 1,24 à 1,34, l'Espagne et l'Italie de 1,21 à 1,34, les Pays-bas de 1,57 à 1,73.

Décomposons l'indice de 2 enfants par femme

Le taux de 2 doit tout d'abord être minoré de 0,07 pour tenir compte des erreurs du recensement de 1999. L'INSEE a fini par admettre qu'elle  avait oublié de comptabiliser 480 000 personnes (elle avait ainsi largement sous estimé la population étrangère, annonçant qu'elle avait diminué alors qu'on sait maintenant que la France compte près de 5 millions d'immigrés, soit une hausse de 18% par rapport à 1990)

Voir notamment http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=4788

Nous avons donc plus qu'un taux de 1,93 enfant par femme en âge de procréer.

Il est possible ensuite, grâce aux récents travaux de G-F Dumont (in : Population & Avenir, n° 681 de janvier 2007)d'évaluer quelle est la contribution des femmes selon leur origine : la fécondité des femmes françaises (y compris celles qui ont la nationalité française mais sont d'origine immigrée) est d'1,79. Celle des femmes maghrébines est de 3,25, celle des africaines de 4,04, celle des turques de 3,35 et celle des asiatiques de 2,83. La forte fécondité de ces femmes s'explique par leur satisfaction de se trouver en France et de pouvoir y accoucher dans la sécurité. Au bout de quelques années de présence sur le territoire (et, a fortiori, pour le seconde génération), leur fécondité rejoint celle des françaises. Mais d'autres femmes arrivent, comme aujourd'hui les africaines.

Au total, on évalue à 0,2 la part de l'indice synthétique de fécondité liée aux populations récemment arrivées en France.

Ce qui ramène la contribution nationale à 1,73. Soit au même niveau que la Suède, par exemple.

Les chiffres depuis 1946

En 1998, les naissances dues à l'immigration étrangère dépassent 21% des naissances (et 26 % en comptant les rapatriés). Sources INED "La population de la France tome 2, Michèle Tribalat)

Indice synthétique de fécondité et descendance finale : quelle différence ? (par Jean-Edouard ROCHAS ?)

Dans une approche longitudinale de la fécondité, on va suivre une génération de femmes nées une certaine année et observer le nombre moyen d’enfants qu’elles ont à 20 ans, à 25 ans, à 30 ans…et à 50 ans. Pour cette génération de femmes on dispose ainsi de la descendance moyenne à 20 ans, à 25 ans,…et enfin à 50 ans : ce dernier chiffre est appelé, non sans raison, « descendance finale » (moyenne) des femmes de cette génération. Pour les dernières générations féminines ayant achevé leur vie féconde à ce jour, la descendance finale a été d’environ  2,11 enfants par femme.

Dans une approche transversale, on va, une année déterminée, observer les nombres d’enfants nés de femmes de 15 ans, de 16 ans, …, de 48 ans et de 49 ans, et calculer des taux de fécondité par âge en rapportant ces nombres de naissances selon l’âge de la mère aux nombres respectifs de femmes de ces âges. La somme des taux de fécondité par âge ainsi calculés est l’indicateur « somme des naissances réduites » : c’est le nombre moyen d’enfants qu’auraient au cours de leur vie féconde des femmes ayant, à leurs âges successifs, des taux de fécondité identiques aux taux observés par âge cette année-là ; d’où le terme souvent utilisé d’indicateur conjoncturel de fécondité ou d'indice synthétique de fécondité.

Si l’on veut, au plan sociologique, étudier l’évolution de la fécondité des femmes dans le temps, le suivi des valeurs successives de la descendance finale sera très intéressant à prendre en compte.

 

 Mais si l’on s’intéresse à l’évolution démographique du pays, au remplacement des générations successives, à la pyramide des âges et à divers problèmes d’avenir (emploi, chômage, effectifs scolaires, retraites etc.), c’est à l'indice synthétique de fécondité qu’il faut se référer.

Accueil Remonter

                                               © Dominique Marcilhacy