Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Prévenir la mort subite du nourrisson

La mort subite du nourrisson (MSN) est une cause fréquente de décès du tout petit. Une réduction de sa fréquence a été obtenue dans la plupart des pays européens qui ont adopté des recommandations de couchage du nourrisson sur le dos.

Pour tenter de mieux connaître les facteurs de risque actuels de MSN, et tout particulièrement ceux qu'on pourrait prévenir, un groupe européen a réalisé en 1994 une vaste étude cas témoins qui a couvert 20 régions du continent entre 1992 et 1996 : 745 enfants ont été autopsiés ce qui représente 78 % des morts subites survenues dans les régions concernées ont été comparés à 2411 témoins vivants. 56 variables susceptibles d’être des facteurs de risque ont été étudiées.

Par ordre décroissant, d’importance les facteurs de risque principaux suivants ont été mis en évidence :

- tabagisme maternel supérieur à 10 cigarettes par jour et nourrisson dormant dans le lit de sa mère le jour de l’accident
- enfant couché en position ventrale
- jeune âge maternel
- famille nombreuse  (plus de 4 enfants)
- petit poids de naissance (enfants de moins de 2000 g)

- L’alcoolisme maternel

- et l’utilisation d’un duvet
 

Recommandations :

- Ne pas coucher l’enfant sur le ventre ou le côté :  le risque est spécialement élevé chez les enfants couchés sur le côté et passant en position ventrale durant leur sommeil En effet, la position latérale est la moins stable (61 % des enfants changeant de position contre 12 % seulement des enfants couchés sur le dos).

Des facteurs de protection ont également été mis en évidence par cette étude cas témoins :

- enfant dormant dans la chambre de ses parents le jour de la mort (mais non dans le lit parental)

- utilisation par l’enfant d’une tétine lors du dernier sommeil

Faire dormir l’enfant dans une chambre séparée serait « responsable » de 35,9 % des cas, le fait de coucher l’enfant en position ventrale serait également en cause dans 35,9 % des MSN, tandis que faire dormir l’enfant dans le lit de ses parents serait « responsable » de 15,9 % des observations. Selon cette interprétation des données 52 % de ces MSN auraient pu être évitées en faisant simplement dormir l’enfant dans la chambre de ses parents (mais non dans leur lit).

Cette très importante étude met en évidence un facteur moins souvent identifié, le fait de coucher l’enfant dans le lit de ses parents surtout si la mère fume et /ou boit par ailleurs.
Enfin elle révèle un nouveau facteur de risque : faire dormir l’enfant dans une chambre séparée. On ne sait d'ailleurs pas bien pourquoi.


La prévention repose donc sur des mesures simples : mettre le lit du nourrisson dans la chambre de ses parents, coucher l’enfant en décubitus dorsal, peu couvert, sans duvet ni couverture que l’enfant pourrait mettre sur sa tête, éviter de fumer, ne pas faire dormir l’enfant dans le lit de ses parents surtout avant 8 semaines, si la mère fume ou a bu.


Sources : Carpenter R et coll. : « Sudden unexplained infant death in 20 regions in Europe : case control study. » Lancet 2004 364 : 185-91. © Copyright 2004 En savoir plus : http://www.jim.fr