Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Le lent grignotage des allocations familiales

 

Non ! à la baisse des majorations pour âge !

 

Encore une économie faite aux dépens des familles !

La « réforme » des majorations pour âge des allocations familiales va pénaliser 8 millions de familles

Depuis les années 60, les allocations familiales sont majorées lorsque l’enfant grandit. Un supplément de 34 euros est versé à compter du 11ième anniversaire. Il est remplacé par un supplément de 60 euros au 16ième anniversaire. 

 

Au 1ier mai 2008, ces deux majorations seront remplacées par une majoration unique de 60 euros versée au 14ième anniversaire de l’enfant.

ð       Bilan pour les familles, 586 euros de moins !

ð       Bilan pour le gouvernement : 140 millions d’euros d’économies (soit le double de que qui était attendu sur la suppression de la carte famille nombreuse)

 

Il faut savoir qu’en plus, les allocations familiales ne cessent de perdre du pouvoir d’achat : elles ont décroché de 14% depuis l’an 2000 … Elles ont même perdu 3% par rapport aux prix !

 

Dans ces conditions, cette nouvelle économie aux dépens de familles est particulièrement inacceptable.

 
Baisser les majorations pour âge pour mieux "redéployer" ? Gros mensonge du Gouvernement!

 

35 millions de dépenses supplémentaires pour la garde des petits enfants versus 138 millions d’économie sur les adolescents :  Cherchez l’arnaque !

 Pris la main dans la poche des familles, le gouvernement prétend que l’argent économisé sur les majorations des allocations familiales servira à améliorer la PAJE, destinée à la garde de jeunes enfants… Cette amélioration consiste en une revalorisation de 50 euros de la PAJE pour les familles les plus modestes qui font garder leur enfant par une nourrice.

 

Certes,  il y a bien une petite amélioration de prévue mais elle ne coûte que 35 millions d’euros alors que l’économie sur les majorations en rapporte 138 !!! (chiffres CNAF)

 

Quant au « choix » entre garde d’enfants et adolescents, il est éminemment contestable : la part des prestations consacrée aux 0-3 ans est passée de 23% en 1990 à 35% en 2005.

 

Or, la Cour des Comptes a tiré la sonnette d’alarme sur la situation des familles avec adolescents : « Les études relatives à la pauvreté chez les enfants font apparaître que le taux de pauvreté, après transferts, des 15-17 ans est plus élevé que celui des enfants de moins de 3 ans et des enfants de 3-14 ans (12 % contre respectivement 5 % et 7 % à 9 %) ».

 

 La Cour des Comptes ajoute : « L’insuffisante compensation du coût de l’adolescent peut être mise en balance avec la compensation relativement généreuse du coût du jeune enfant »

 

L’Union des Familles en Europe dénonce aussi la complaisance des associations familiales subventionnées qui ne protestent contre ces économies que du bout des lèvres : la Ministre de la Famille a déclaré sur TF1 ce soir que,  dans son bureau, la baisse des majorations familiales avait été validée par le président de l’UNAF en échange d’une  « remise à plat ».

 

Seule association à s’être insurgée véritablement contre la baisse des allocations familiales, l’UFE refuse qu’on enfume les familles. Elle les engage à signer la pétition en ligne sur son site et en appelle aux députés que la baisse des allocations familiales semble émouvoir.

 

 

Comparaison entre les prestations familiales versées en 1954 et en 2008

 

salaire mensuel moyen 

PF mensuelles en 1954

PF mensuelles en 2008

famille d'1 enfant

1 324 €

70 €

-   €

ouvrière

1 884 €

70 €

-   €

moyenne

3 745 €

70 €

-   €

cadre moyen

 

 

 

 

 

 

 

famille d'2 enfants

 

 

 

ouvrière

1 324 €

464 €

120 €

moyenne

1 884 €

464 €

120 €

cadre moyen

3 745 €

464 €

120 €

 

 

 

 

famille de 3 enfants

 

 

 

ouvrière

1 324 €

781 €

431 €

moyenne

1 884 €

781 €

431 €

cadre moyen

3 745 €

781 €

274 €

 

 

 

 

famille de 4 enfants

 

 

 

ouvrière

1 324 €

1009 €

585 €

moyenne

1 884 €

1009 €

585 €

cadre moyen

3 745 €

1009 €

429 €

  © Dominique Marcilhacy

* Ces calculs sont effectués en comparant le pouvoir d'achat des prestations par rapport aux revenus de 1954 et à ceux de 2008

Commentaires :

=> En 1954, il y a 5 prestations familiales, en 2004, il y en a 28 ! plus on fait de prestations "ciblées", plus on économise. La simplification coûterait cher

=> En 1954, pas de conditions de ressources. Lorsqu'on a mis en place les conditions de ressources, la justification était de donner davantage aux familles modestes. 50 ans après on constate que ces familles n'en ont pas profité, au contraire, leurs prestations ont baissé.

=> la différence est passée dans la poche de l'assurance vieillesse ...

Comment ont fait les gouvernements ? Voir notre page spéciale

 

 

Comment en est-on arrivé là ?

Si les familles étaient vraiment défendues, le gouvernement n'oserait pas leur faire les poches de cette façon.


Ce qui s'est passé pour les majorations pour âge est une parfaire illustration de la complaisance des associations familiales subventionnées et des syndicats.

 

    1° la mesure a été évoquée dès l'automne 2007. Elle ne suscite qu'une "remarque" de l'Union des Associations familiales qui diffuse un long communiqué se réjouissant de l'"L’écoute cordiale et attentive" du Premier Ministre et se contentant de regretter qu'il n'y ait plus de majoration à l'âge de 11 ans (pas un mot sur les économies)cf: http://www.unaf.fr/spip.php?article5899

 

    2° lorsque le projet vient pour avis devant le conseil d'administration de la CNAF, syndicats et associations émettent un avis défavorable et le disent dans un communiqué de presse qui, comme c'est la loi du genre, reste parfaitement confidentiel.

 

    3° C'EST TOUT ! pas un seul communiqué de presse émanant d'un syndicat, d'une association familiale ou de l'UNAF ! Sans la vigilance de l'UFE, l'affaire passait comme une lettre à la Poste.

    - pourquoi ? Parce que, comme l'a dit la ministre de la famille Mme MORANO sur France 2 le 16 avril, personne n'en faisait un problème : " J’ai rencontré les associations familiales, nous en avons discuté, ce n’était pas du tout un point de blocage. Ce que veulent les associations familiales, c’est un redéploiement de l’argent. » et « J’ai reçu le président de l’UNAF dans mon bureau, nous en avons discuté, il n’était pas favorable mais à la mesure mais e n’était pas un point de blocage parce qu’il souhaitait un redéploiement des fonds au service des familles. C’est exactement ce que nous allons faire ».

    4° obligé de se prononcer contre la mesure lorsque les journalistes l'ont interrogé, le président de l'UNAF prend alors une position plus que mesurée : l'UNAF a pris acte de cette décision «à condition que l'intégralité des économies soient reversées» pour la garde d'enfants, a déclaré à l’AFP son président de François Fondard. «Si ce qui est récupéré est recyclé, et qu'il n'y a pas de diminution globale, on peut considérer que c'est un choix politique» d'accorder une aide accrue pour les jeunes enfants plutôt que pour les adolescents, a-t-il souligné. Il se lance ensuite dans des compliments pour le gouvernement en ajoutant que "Lorsque l'on regarde le montant des prestations des politiques familiales pour 2008, on constate qu'il n'y a pas de changement. Au contraire, le budget des politiques familiales a augmenté de 3 milliards d'euros de 2003 à 2008" (ce qui est faux !)

Il est clair qu'avec de pareils défenseurs les familles ont peu de chance de s'en sortir !!!!!pour en savoir plus sur l'UNAF =>

L'Union des Familles en Europe ne fait pas partie de l'UNAF, ne touche pas, comme elle, 25 millions de subventions et, par conséquent, à l'honneur de vous défendre sans concession ...

Accueil Remonter

                                               © Dominique Marcilhacy