Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Places de crèche :

 

halte au catastrophisme !

 

Ce que demandent vraiment les parents Création de places : des promesses aux réalisations

 

Le développement des crèches n'est pas

la priorité des jeunes familles.

La Caisse Nationale des Allocations Familiales a interrogé, fin 2008, un échantillon représentatif de 1 100 jeunes parents sur leurs besoins et préférences en matière de mode de garde de leur jeune enfant venant de naître puis quelques mois après.

À la naissance de leur enfant, les trois quarts des parents (77 %) ont une préférence pour un mode d’accueil : il s’agit d’eux-mêmes ou de leur conjoint dans 44 % des cas, d’une crèche dans 32 % des cas et d’une assistante maternelle dans 21 %.

ü      42 % des parents d’un premier enfant interrogés avaient une préférence pour la crèche, 33 % pour la garde par un parent et 21 % pour une assistante maternelle.

ü      L’ordre de ces trois modes d’accueil est modifié dès le second enfant, puisque 43 % préfèrent les garder eux-mêmes, 29 % avoir recours à une assistante maternelle et 25 % faire appel à une crèche.

ü      Cet effet est encore amplifié à partir du troisième enfant : 56 % désirant alors garder leur enfant et 22 % le faire garder en crèche (8 % par une assistante maternelle).

La garde parentale a la préférence de près des deux tiers des parents avec des ressources inférieures à 24 000 euros (contre 44 % pour l’ensemble des parents), alors que la crèche est préférée par 38 % des familles aux ressources supérieures (32 % pour l’ensemble), l’assistante maternelle talonnant ce choix pour les catégories moyennes et supérieures.

Finalement, 83 % des parents sont tout à fait satisfaits, et 11 % plutôt satisfaits, de la manière dont est actuellement gardé leur enfant. Parmi ceux qui désiraient la crèche, 34% seulement auront satisfaction.

Au final, au cours de la semaine, du lundi au vendredi entre 8 heures et 19 heures, les enfants de moins de 3 ans sont gardés la plupart du temps par leurs parents. En 2007, 63 % des enfants de moins de 3 ans sont gardés à titre principal par un de leurs  parents et un enfant sur trois n’est gardé que par ses parents, sans autres intervenants durant la semaine. En dehors des parents, c’est l’accueil chez une assistante maternelle qui est le plus fréquent (18 %), devant la garde dans une structure d’accueil collectif (10 %). 4 % des enfants sont pris en charge la majeure partie du temps par leurs grands-parents. L’école est le mode d’accueil principal de 2 % des enfants de moins de 3 ans (6 % pour les enfants de 2 ans). (DRESS Etudes et résultats - N° 678 • février 2009)

Quant aux français en général, interrogés en 2008 par la DRESS, pesque la moitié des Français (46 %, même niveau qu’en 2006) estiment que, pour les enfants en bas âge, il est primordial de développer conjointement les services d’accueil des enfants et d’aménager le temps de travail des parents, puis 31 % d’entre eux considèrent que la meilleure action est de favoriser l’arrêt d’activité de l’un des deux parents pendant la période où les enfants sont en bas âge et enfin, 22 % disent qu’il faut améliorer le nombre et la qualité des services d’accueil des enfants hors domicile.

Places de crèche : les chiffres démentent les promesses

 

 

Au diable l’avarice ! Mme MORANO a annoncé, le 4 avril 2009, la création de 100 000 places de crèche supplémentaires.

Depuis 2000, 176 000 places nouvelles ont été ainsi promises. Mais 42 698 seulement ont vu le jour. Avec un budget diminué de moitié, il y a peu de chance que la promesse aventureuse de Mme MORANO soit tenue.

 

 

Nadine Morano, Ministre de la Famille en difficulté, tente de redorer son blason : elle a annoncé le 4 avril 2009 qu’avec la  Convention d’objectif et de gestion 2009-2012 bientôt signée avec la Caisse Nationale des Allocations Familiales : « "l'Etat fait un effort considérable en augmentant le Fonds national d'action sociale (Fnas) de 7,5% par an, soit 1,2 milliard d'euros supplémentaires, pour la création de 100.000 places en crèches". »

 

Rappelons que la convention précédente pour 2005-2008 prévoyait une augmentation dudit fonds de 2,4 milliards d’Euros … soit du double.

 

100 000 places de crèche nouvelles ? Mme MORANO ne sera plus ministre de la famille dans deux ans, lorsque ces prétendues places sortiront de terre.

Il est possible, toutefois, de juger ses promesses à l’aune de celles de ses prédécesseurs :

 

ü       En 2000, 2001 et 2002, les gouvernements avaient promis la création de 75 à 90 000 nouvelles places de crèche. Mais il n’y en a eu que 29 415 … (Etudes et Résultats n° 446 – DRESS – décembre 2005)

 

En 2003, le gouvernement n’a pas fait d’annonce. Un oubli de son service de com. ?

 

ü      En 2004, 2005 et 2006, le gouvernement a annoncé la création de 86 000 places nouvelles*. Mais, entre fin 2005 et début 2008,  13 283 places de crèche seulement sont sorties de terre. (Etudes et Résultats N° 681 • février 2009)

 

Rien d’étonnant à cela : le fonctionnement d’une place de crèche coûte 16 680 € par an, la Caisse d’allocations familiales n’en finançant qu’un tiers, les familles l’autre tiers, il reste … 5 560 € par berceau à la charge des municipalités. Celles-ci répugnent donc à s’engager. La disparition annoncée de la taxe professionnelle ne fera qu’accentuer cette prudence dans les années à venir.

 

L’Union des Familles en Europe n’est donc pas dupe des promesses irréalistes de Mme MORANO.

 

 

 

 

* En 2004, 20 000 places supplémentaires sont annoncées par MM Jacob. En juin 2005, 15 000 places de plus sont annoncées par M. de Villepin qui précise qu’il y aura 320 000 places de crèche en 2008 (au lieu de 240 000 en 2002) – il n’y en aura que 270 000 au 1er janvier 2008. En janvier 2006, Philippe BAS, ministre de la famille, a promis à son tour la création de 11 000 places de crèche supplémentaires. En novembre 2006, M Bas annonce 40 000 places venant s’ajouter à ces 11 000 précédentes.

 

L'enquête CREDOC en 1998

En 1998, le développement des crèches n'était pas la priorité des familles en témoignait l'enquête du CREDOC n° 191 (juin 1998, échantillon de 2 000 personnes) sur les attentes des français en matière de modes de garde des jeunes enfants.

 -         Les Français plébicitent les mères au foyer !

40,7 % des Français pensaient que le parent au foyer est la meilleure solution pour garder de jeunes enfants (67 % pensent à la mère) , 24 % que l’un passe à temps partiel, 13 % que les deux parents baissent un peu leur activité et 12 % qu’ils continuent comme avant.

 Quant aux parents en situation (ayant un enfant de moins de 6 ans) , 32 % pensaient que la mère doit arrêter, 21 % que celui qui a le plus petit salaire doit arrêter (…), 26 % que la mère passe à temps partiel, 10 % qu’ils continuent comme avant et 9 % que les deux diminuent.

 -         Quel est, selon vous le meilleur mode de garde lorsque les deux parents ont une activité professionnelle ?

 

Ensemble de la population

Famille ayant un enfant de moins de 6 ans

Assistante maternelle agréée

31,7 %

35,5 %

Garde par les grands parents

24,4 %

24,6 %

Crèche collective

22,2 %

19,6 %

Garde à domicile par employée de maison

11,6

11,6 %

Autres

10,3 %

8,7 %

  Ce sont les cadres et les personnes vivant en Région Parisienne qui se déclarent les plus favorables à la crèche collective (et naturellement les cadres et les plus diplômés pour la garde à domicile par une employée de maison).

 -        Depuis 10 ans, on observe trois évolutions :

bullet

 il reste une demande non satisfaite vis à vis des crèches collectives : 22 % des couples y voient le meilleur mode de garde mais 12 % seulement y auront accès.

bullet

on trouve beaucoup plus facilement des assistantes maternelles agréées qu’il y a 10 ans. Il n’y a plus de demande insatisfaite.

bullet

on constate une demande grandissante pour la garde à domicile rémunérée.

 - quelle devrait être, selon des français, la priorité pour les pouvoirs publics en matière de garde ?

 

Ensemble de la population

Femmes « actives »

Personne ayant un enfant de moins de 6 ans

Aider la mère au foyer

33,5 %

30 %

36,6 %

Aider au temps partiel

23,3 %

26,3 %

25,5 %

Aider à la garde à domicile

20,3 %

19,2 %

25,5 %

Aider la garde collective

14,9 %

14,5 %

19,5 %

Aider pour les nourrices

7 %

9,3 %

6 %

 

Conclusion : en 1998, pour 2 200 000 enfants de moins de 3 ans, il manquait   80 000 places de crèche (et non 500 000 !) et 30 000 places de garde à domicile.

           ... ce qui ne signifie pas que les mères de famille ont été obligées de ce fait de rester au foyer. Cela signifie qu’elles ont eu du mal à trouver ou qu’elle utilisent un mode de garde qui ne leur donne pas entièrement satisfaction. 

© D. MARCILHACY.

Accueil Remonter