Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Conférence de la famille 2007

Encore une conférence de la famille consacrée à la pluie et au beau temps : Alors que deux millions d’enfants vivent dans la pauvreté, alors qu’on abandonne les étudiants et jeunes chômeurs à la seule solidarité de leur famille, … Philippe BAS a choisit de consacrer la future conférence de la famille au « temps périscolaire » !

 Les conférences de la famille bidon se succèdent et se ressemblent :

ü     en 2004, on a traité du sport en famille, on a mis en place le « passeport de l’engagement » et on a décidé d’aider les ados à obtenir des jobs d’été ;

ü     en 2005, on a déprogrammé le sujet des enfants pauvres (qui ne votent pas). A la place, on a changé le logo de la carte famille nombreuse, sans rien offrir de nouveau car les réductions annoncées existaient depuis 80 ans ;

ü     en 2006, on s’est intéressé aux personnes âgées (qui votent) et à leurs (vieux) enfants (qui votent aussi)

 

Le choix du « temps périscolaire » comme thème de la Conférence 2007 est dans la même veine : l’objectif est d’occuper les responsables associatifs et de s’offrir quelques télés au jour J mais de surtout ! ne pas dépenser d’argent.

 

Les 2 millions d’enfants pauvres attendront. Faut-il rappeler qu’en 2005, quant le sujet a été déprogrammé de la Conférence de la Famille de l’époque, le Premier Ministre avait annoncé que le sujet serait traité au 1ier semestre 2006…

 

Attendront aussi les 800 000 familles qui tiennent à bout de bras leurs étudiants ou jeunes chômeurs. Pour elles, les allocations s’interrompent à 20 ans comme en 1945. Mais à l’époque, 10 % seulement des jeunes de plus de 20 ans étaient encore à charge de papa/maman. Aujourd’hui, ils sont plus de 70 %...

 

Pour servir le menu squelettique de la Conférence de la Famille 2007, le Ministre a convoqué son « partenaire officiel » grassement subventionné : les grands parents de l’UNAF que la Cour des Comptes juge pourtant non représentatifs.

 

Parce que dangereusement libre, l’Union des Familles en Europe n’a pas été consultée sur le choix du sujet.