Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Comment siphonner la branche famille de la Sécu ?

Cher ami lecteur, 

Vous cherchez de l'argent pour payer les retraites, combler le déficit de l'Etat ou du Crédit Lyonnais ? La Branche Famille est là pour vous aider. Voici nos recettes.

Pierre  (BEREGOVOY)   Edouard   (BALLADUR)     Alain   (JUPPE)                Lionnel  (JOSPIN) , Jean-Pierre (RAFFARIN) et Nicolas (SARKOZY)

 

Ma recette à 14 milliards : diminuer les ressources 

par Pierre   (BEREGOVOY)

   En 1989 puis en 1991, les cotisations destinée à la branche famille ont été diminuées. Elles sont passées de 9 % du salaire plafonné à 5,4 % du salaire déplafonné complété par 1,1 % de CSG. Manque à gagner : 14 MdF par an.

  Malgré les engagements solennels de mon gouvernement, aucune compensation n’a été versée, sauf tout au début.

  Or, depuis 1994, les branches famille, maladie et vieillesse sont devenue indépendantes. Avant de donner son autonomie à la branche famille, j'ai organisé son déséquilibre.

 

Ma recette à 22 milliards : l'assurance vieillesse des parents au foyer 

par  Edouard (BALLADUR)

  La branche famille verse indûment 22 Milliards de Francs par an à la branche vieillesse pour combler son déficit. Cette hémorragie est organisée grâce à « l’Assurance Vieillesse des Parents au Foyer ».

   Le principe de cette allocation est de faire cotiser pour la retraite des mères au foyer. Dans l’esprit de la retraite par répartition, ces cotisations devraient servir à payer immédiatement des retraites aux mères au foyer actuellement à la retraite. Il n’en est rien : seules les mères ayant cotisé à l’AVPF reçoivent une retraite. Or, l’AVPF étant de création récente (1974), rares sont les mères ayant cotisé qui sont à la retraite. Le rapport Chadelat estime à 3 milliards à peine les retraites qui sont versées à ce titre. Alors que les cotisations que la CNAF verse à la CNAVTS s’élèvent à plus de 22 milliards

   Ce détournement de fonds a pourtant été dénoncé par l’ensemble des partenaires sociaux et par la Cour des Comptes.

 

Ma recette à 11 milliards : faire des économies pour "boucher le trou" que vous avez creusé

par Alain  (JUPPE)

  La Branche famille étant en déficit grâce aux effort de Pierre et d'Edouard, j'ai expliqué aux familles qu'elles devaient faire un effort. Aussi, sur un montant total de prestations de 167 Milliards de francs, voici l’effort que je leur ai imposé :

Gel des prestations familiales               5 milliards de francs

conditions de ressources pour l'APJE     1,7 milliards de francs

Gel des plafonds de ressources            2,3 milliards de francs

Durcissement des conditions de ressources1,2 milliards de francs

Soumission des prestations familiales au Redressement de la Dette Sociale                              0,8 milliards de francs

 Total   11 milliards de francs par an (soit - 6,6 % sur le total des prestations)

 

 Il ne faut pas le dire, mais les familles ont été les plus fortes contributrices à l’effort de redressement de la Sécurité Sociale de mon plan.

Revenus

Nombre d’enfants

Contribution au redressement

10 000 F par mois

0

3 enfants

5 enfants

712 F par an

1 838 F par an

2 793 F par an

 

20 000 F par mois

 

0

3 enfants

5 enfants

 

1 425 F par an

2 401 F par an

3 036 F par an

 

30 000 F par mois

 

0

3 enfants

5 enfants

 

2 137 F par an

2 822 F par an

3 457 F par an

 Mon successeur JOSPIN s'est naturellement bien gardé de remettre en cause ces économies pourtant critiquées par son parti lorsqu'il était dans l'opposition. 

Merci, Alain. Ma recette à 20 milliards ...

par  Lionnel  (JOSPIN)

Au début, j'ai été moins bon : j'ai repris votre idée de déficit à combler et j'y suis allé carrément en mettant les prestations familiales sous conditions de ressources (5 milliards d'économies) et en diminuant de moitié les aides aux emplois familiaux (2 milliards). C'était maladroit. Trop voyant.

Aussi j'ai changé mon fusil d'épaule : j'ai plafonné le quotient familial (comme personne n'y comprend rien, c'est mieux passé et ça rapporte autant).

Et puis, au nom du déficit, j'ai abrogé la loi qui prévoyait que les allocations familiales soient versées jusqu'à 22 ans au 1° janvier 2000 ( Ouf!  7 milliards d'économisés). 

Comme la branche famille est désormais excédentaire, j'ai un très bon plan : jusqu'à présent, c'est le budget de l'Etat qui paye la  majoration d'allocation de rentrée scolaire (6 milliards). Je vais la faire payer par la branche famille, ça va me réduire mon déficit.

 

Encore moi ! le bon truc pour pomper 1 milliards d'Euros

par  Lionnel  (JOSPIN)

Vous voyez, j'ai pris le coup de main. Mon dernier coup aura été de faire financer par la CNAF les majorations familiales des pensions de retraite du régime général. En tout 25 milliards de Francs. j'y vais progressivement, à mesure de l'excédent : 15 % de la somme la première année, 30 % la suivante et ainsi de 15 % en 15 %.

Evidement, la Droite a crié bien fort ... mais j'attends qu'elle soit au pouvoir pour rire finement

 

  Vous avez été très bon, Lionnel, mais moi, en plus, je pompe 1 milliard et on m'applaudit !

par Jean-Pierre (RAFFARIN)

Comme c'est gentil, Lionel, d'avoir pensé aux bonifications familiales ! 15 % par an, c'était modeste. Moi, je suis passé de 30 % à 60 % d'un coup. Un milliard d'Euros pour 2003. Et il me reste encore 40 % pour l'an prochain !!!

Le coup de maître, c'est que j'ai eu un vote favorable de la CNAF et notamment de l'UNAF et des associations familiales. C'est vrai qu'à leur âge, prendre l'argent des familles pour le donner aux vieux, c'est tentant !

 

Zorro est arrivé !

par Nicolas SARKOZY et François FILLON

Nous aussi, on fourmille d'idées ; on a pris un vieux cheval de retour (Attali) et on lui a demandé de trouver des idées "innovantes". Bien sûr, il a enfilé les perles habituelles ... dont la mise sous conditions de ressources des allocations familiales. 2 milliards d'économies, qu'il dit.

 

Nos petites recettes communes : 17 milliards d'argent de poche

par Pierre   (BEREGOVOY), Edouard   (BALLADUR), Alain   (JUPPE) et Lionnel  (JOSPIN) ET  Jean-Pierre (RAFFARIN)

Ce sont les charges indues de la branche famille : elles s’élèvent à plus de 17 milliards de francs par an. Cela va des frais de gestion du RMI et de l’AAH qui devraient incomber à l’Etat en passant par des dépenses d’allocation logement ou d’insuffisantes cotisations de la part de l’Etat pour ses fonctionnaires.

Nos trucs 

Si vous voulez que ça passe bien, n'oubliez pas de répéter que la politique familiale est une priorité pour vous.

Vous pouvez aussi (ça fait branché) dire qu'il faut "moderniser" la politique familiale. Comme ça, vous pouvez supprimer de vieilles prestations (coûteuses) pour les remplacer par des prestations gadget. 

 

 

Le véritable excédent

 de la branche famille est de 10 milliards d'Euros...

© Dominique Marcilhacy

Accueil Remonter