Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

 

 

Combien les Français veulent-ils d'enfants ?

bulletL'enquête INSEE
bulletl'enquête Parent

  Les chiffres de l'enquête INSEE de juin 99 INSEE Première N° 652

L’INED a mené en octobre 1998 une enquête sur les opinions des personnes de 15 à 45 ans relativement au nombre d’enfants souhaité, à l’âge idéal de la maternité et de la paternité, etc...

Pour 47% des personnes interrogées, le nombre idéal d’enfants dans une famille est égal à 2. Il est 3 pour 38%, et 4 ou + pour 12%. L’enfant unique recueille moins de 3% de suffrages, et l’absence de descendance n’a quasiment pas de partisans. Le nombre moyen d’enfants dans la famille idéale est ainsi 2,6.

Quand elles sont interrogées sur le nombre idéal d’enfants pour une famille “ du même milieu que vous, et disposant des mêmes ressources ”, cette moyenne descend à 2,3. Les familles nombreuses sont les plus touchées par cette prise en compte des réalités socio-économiques : 8% au lieu de 12% pour 4 enfants et + ; 28% au lieu de 38% pour 3 enfants. Inversement, les positions en faveur de 0 enfant passent à 3%, et pour 1 seul enfant elles augmentent de 3% à 7%. La famille à 2 enfants devient majoritaire (52%).

Les auteurs précisent “ la référence au milieu et aux ressources conduit 32% des femmes et 21% des hommes à réviser l’idéal, toujours à la baisse. C’est aux âges où l’on devient parent, entre 25 et 35 ans, que cette révision est la plus marquée ”.

ATTENTION ! INTOX !

Les interprétations

bullet

Les auteurs font remarquer que les chiffres “ idéaux ” devraient être comparés à la descendance finale plutôt qu’à l’indice conjoncturel de fécondité. C’est exact. Mais ils effectuent cette comparaison avec les descendances finales actuellement connues, pour en déduire que les français ont quasiment autant d’enfants qu’ils en veulent selon la question “ idéal en situation ”. Cette conclusion paraît bien hâtive. Les descendances finales pertinentes pour cette comparaison sont celles des générations interviewées, dont une partie ne seront connues que dans un quart de siècle. La volonté de faire dire à cette enquête qu’il n’y a pas de déficit des naissances par rapport aux souhaits des français ne se situe pas au top de la rigueur scientifique.

bullet

Au contraire, la baisse sensible du nombre d'enfants souhaité entre "l' idéal" (2,6) et " une famille “ du même milieu que vous, et disposant des mêmes ressources ”(2,3) montre bien que les conditions faites actuellement aux familles les dissuadent d'avoir autant d'enfants qu'ils le désirent. 

L'enquête SOFRES de la revue "Parent" auprès des mamans de bébés âgés de 0 à 24 mois et publiée dans le magazine Parents daté de juillet 2005:

 

Trois quarts des jeunes mères interrogées désireraient une famille nombreuse

de 3 à 4 enfants ("3,4" précisément. Pour certaines mamans, ce nombre tend même plus vers 4 enfants : les 35 ans et + (3,8 enfants souhaités), les inactives (3,8), les Parisiennes (3,8) et, sans surprise, les mères de familles nombreuses (4,2) et les multipares** (3,8).
En revanche, pour d’autres femmes, 3 enfants suffiraient : les ouvrières (3 enfants désirés) et les employées (3,2), les primipares (2,9) et les habitantes du sud-ouest (2,9) et des zones rurales (3,2.

 

… Mais la réalité est toute autre

 

Le nombre d’enfants que ces mêmes mères ont (ou auront) effectivement, oscille plutôt entre 2 et 3 enfants (2,8 enfants précisément**). Voici le nombre d'enfants qu'elles ont au moment de l'enquête : plutôt 3 enfants pour les plus âgées (3,2 enfants), les inactives (3,2), les Parisiennes (3) et les multipares (3,1) et plutôt 2 enfants pour les ouvrières (2,6) et les employées (2,5), les primipares (2,4) et les habitantes du sud-ouest (2,4) et des zones rurales (2,6).

 

Pourquoi ce décalage ?

 

           * Principalement pour des questions d’argent :
- 59% : les revenus - chômage, 1 seul salaire ou salaires insuffisants...
- 2% : le financement des études
- 5% : le changement de voiture

           * ainsi que pour d’autres considérations d’ordre matériel :
- 24% : logement trop petit, manque de pièces
- 11% : mode de garde - pas de mode de garde, trop cher.

* pour la peur du monde d’aujourd’hui :
- 29% : insécurité, guerres, chômage, pollution...:

         * pour la revendication du « choix » :
- 16% des mamans tiennent à travailler, à leur carrière (préoccupation beaucoup plus présente chez les PCS+ : 27%) et 2% à garder leur liberté, à profiter de la vie en dehors des enfants.

* et pour des problèmes de santé ou d’âge de la mère qui empêchent l’arrivée d’un autre enfant (respectivement 11 et 9%).

* enfin, selon les mamans, pour 8% des papas, la famille a déjà atteint sa taille idéale.

 

Qu’est-ce qui permettrait aux mamans de réaliser leur rêve de famille plus nombreuse ?

 

Au-delà des améliorations financières et matérielles (63% des mamans citent une amélioration des conditions financières, 23% un plus grand logement et 10% un mode de garde adapté), les mamans plaident pour une politique familiale plus incitative (17% des citations) avec une revalorisation des allocations familiales, des aides au logement et à la garde, puis pour une meilleure reconnaissance de la mère dans le monde du travail (14% souhaitent des horaires aménagés, une progression salariale, des formations...).


* dans l'échantillon de « mères de bébés » du magazine Parent, le nombre moyen d’enfants effectivement mis au monde ou à venir (2,8) est de beaucoup supérieur au taux de fécondité français (1,9 en 2005 – source: INSEE).

Accueil Remonter